Portrait du visiteur en créateur - blogœuvre

Serial Portraits Sigrid Coggins

By

Portrait à dévoiler n°21

Ce portrait a été révélé ! Rendez-vous ICI pour le découvrir.

By

L’artiste vue par les visiteurs : à l’aveugle

… si vous voulez voir les dessins mis à la une, regroupés,  et uniquement eux, c’est par ici : les dessins mis à la une

Les dessins à l'aveugle mis à la une rassemblés ici.

Juste les traits !

By

Je me sens changeante

…. je me sens changeante.

Je cherche quelqu’un qui ferait mon portrait robot uniquement d’après tous les dessins Serial Portraits faits de moi.

Le connaissez-vous ?

En attendant, si vous voulez voir les dessins regroupés et uniquement eux, c’est par ici : dessins mis à la une

By

Portrait à dévoiler n°20

Ce portrait a été révélé ! Rendez-vous ICI pour le découvrir.

By

Ce que m’évoque le portrait fait de moi à l’aveugle par Gabriel Soucheyre

                       Dans la vie, je suis loin d’avancer en ligne droite, ni rapidement. Pour autant, c’est ce que je fais… sauf que mes lignes droites sont différentes de celles des autres. Comme tout le monde d’ailleurs. Le paradoxe étant le pain quotidien de l’humain, je considère la question de la ligne droite comme essentielle, à la manière dont je l’ai ressenti dans le film Stalker, de Tarkovski. Ce film m’avait laissé l’idée forte de la nécessité, pour traverser une zone dangereuse, de lancer un bilboquet avec force, au loin, puis de marcher droit vers son point de chute, surtout sans dévier. Car planait le danger, un danger flou mais puissamment présent.

Or, le cheminement en zone dangereuse étant ce qu’il est à savoir semé d’embûches, malgré les avertissements et les précautions prises, les déviations interviennent fatalement … fatalement ? Non ! Car,  de fait, l’on passe peu à peu, au fil des pas de travers, de la certitude qu’une grosse catastrophe va arriver,  au constat que rien de dramatique n’arrive, qu’on avance quand même, l’essentiel étant d’arriver là où on avait prévu… ne serait-ce que pour récupérer le bilboquet et pouvoir le relancer.

Ce dessin de Gabriel Soucheyre m’évoque ce chemin en ligne droite autorisant, et même nécessitant, les petits pas de côté pour mieux trouver sa route. Le bilboquet, c’est l’oeil : le regard lorsqu’il se projette représente notre filtre pour voir le monde, notre manière de voir le monde le recrée à notre mesure. Création.

Le regard lancé,

le corps suit la ligne tracée : 

tout droit, déviations comprises

 

Sigrid Coggins 22 juillet 2013

Cliquez ici pour lire les autres évocations liées aux portraits à l’aveugle

By

Les mots de Jeffrey Taylor sur Serial Portraits

« The process was like a confrontation with my sense of control. It revealed, to me, the tactics I use when this happens – I squirm, I try to smile my way out of the situation, I make a small show of my discomfort to put people around me at ease.

And, most important, I wanted to do a good job and please people.
These are all things I do, constantly, elsewhere in my life. The creation process was not dissimilar from holding a mirror to myself. »

Voir son Serial Portrait accompagné des commentaires des visiteurs : ici !

By

Portrait à dévoiler n°19

Ce portrait a été révélé ! Rendez-vous ICI pour le découvrir.

By

Portrait à dévoiler n°18

Ce portrait a été révélé ! Rendez-vous ICI pour le découvrir.

By

Sergej Belov à propos de son expérience de Serial Portraits

Sergej Belov à propos de son expérience de Serial Portraits : à lire ici !

By

Portrait à dévoiler n°17

Ce portrait a été révélé ! Rendez-vous ICI pour le découvrir.