Portrait du visiteur en créateur - blogœuvre

Serial Portraits Sigrid Coggins

By

Le mot du dessinateur à l’aveugle Jean Choplin

Retrouvez son regard ici !

By

3 révélés aujourd’hui et un témoignage

 

Soizic Vauclin

Son témoignage 

 Jean Choplin

Antoine Joubert

 

 

By

Dessin dévoilant n°18 série Irkoutsk

Le journal inexistant / Ce que m’évoque le portrait fait à l’aveugle de moi par Christophe Miralles 

Dans ces multiples possibles, dans cette infinité de moi qu’il suffirait d’une intention un peu appuyée pour que l’une d’elle existe, comment décider ?

Ici, comme une synthèse de Serial Portraits. Comme si tous les portraits à l’aveugle avaient été jetés dans un sac et que le tas ainsi formé présentait un achèvement en permanente formation ; un amas faisant sens, avec une ligne pas si sombre qu’elle n’en a l’air.

Un oeil s’ouvre dans cette pénombre du doute, il fait acte de présence, il existe au monde, il raccorde, il s’accorde. L’autre semble fermé mais ne l’est pas, tout entier consacré a un ailleurs qu’il s’agit de faire exister ; parfois il prend le temps de remercier l’autre, reconnaissant envers son double, son oeil frère, de ce qu’il fait, de ce qu’il prend en charge. De ce qu’il permet de faire exister en le libérant de devoir être au monde et malgré l’inutilité ce que cela lui permet de produire, de ce qui ne peut évidemment avoir d’autre qualité au monde tant qu’il n’y sera pas présenté. Et même une fois là, l’utilité n’est pas évidente, pas plus que ne l’est le nouveau-né lambda pour la société. Jeux de lignes et d’ aiguillages, des rails et un râteau, jardin zen dévasté par l’incarnation du stylo suivant ; et pourtant,  de sa destruction systématique, une émergence nouvelle…le squelette reste toujours. Le même.

Ce râteau-stylo, 

de l’âme et de mon visage

chirurgie plastique

By

Le mot de la dessinatrice et participante à Serial Portrait – Muriel Denis

Le mot de la dessinatrice et participante à Serial Portrait – Muriel Denis

Libraire, galeriste, médiateur culturel dans un hôpital, aide à domicile, professeur de flûte, animatrice d’ateliers d’écriture, auxiliaire de vie scolaire, et un jour bibliothécaire !

il y avait ce collier… j’ai commencé par lui… puis je suis remonté, trop haut, et le dessin a pris son envol sans que mon trait corresponde à ce que je voyais »
ce dessin me trouble, m’interroge, si éloigné de ce que j’ai vu et pourtant si proche de ce que je devais ressentir ce jour-là à l’arpenteur, après une journée passée à écrire dans la brume de la montagne. J’aime beaucoup le petit personnage fortuit qui se dessine entre les deux « sourcils », on dirait une silhouette de Giacometti, un homme qui marche.
« je t’écris de ma brume là où le froid s’immisce où l’humidité crisse où le silence est mien. Autour de moi pourtant du bleu et de l’or. »
On cherche dans un dessin ce qui relève de traits connus, et on part dans l’inconnu.

Muriel Denis, 27 septembre 2014

 

By

Dessin dévoilant 60 – série arpenteur

Le journal inexistant.

Chacun des dessins que je regarde fait émerger un souvenir ou me rappelle un événement en rapport avec mon parcours d’artiste

Celui-là dont je veux parler avait deux yeux noirs qu’il utilisait pour hypnotiser son auditoire en jouant d’eux comme d’un instrument de musique, les notes s’envolaient de son regard pour rejoindre en une harmonie puissante les mots modulés, il racontait, il contait, il envoutait les uns, épouvantaient les autres.

Poète et  clown ; au mieux, jonglant avec tous les extrêmes qui le composaient, au pire traînant dans le néant des hôpitaux le puzzle aporétique de son existence, il gardait néanmoins en toutes circonstances le goût pour la belle garde-robe, les endroits chics, la conversation, les belles manières… autant de penchants difficiles à transposer dans l’univers de clochard céleste que son esprit en perpétuelle rébellion l’avait amené au final a préférer à tout autre possible. Impossible.

Etre le grain de sable dans le rouage, difficile art de vivre. Se mettre au service de l’art permet de faire la même chose et en même temps de vivre un peu.

Parle et meurt sans fin

Celui là qui veut tout dire

Par lui-même nié

 

 

 

 

By

Le Serial Portrait 19 également révélé

Serial Portrait avec Francesca Bustarret

By

2 dévoilés, et la séance du 9 juillet mise en ligne, complétée !

Après quelques jours un peu loin de ces pages, j’ai fait une séance de rattrapage : deux dessins dévoilés et de nouveaux dessins mis en ligne. Les dévoilés ? Il s’agit de Muriel Denis et d’Irène Almès. Les nouveaux dessins ? Ce sont ceux numérotés de 51 à 60

A vous de jouer !