Portrait du visiteur en créateur - blogœuvre

Serial Portraits Sigrid Coggins

Serial Portraits au Festival de l’arpenteur / Dessin 80

La rencontre des mots et des traits, dessinateur à l’aveugle dévoilé ! Antoine Joubert.

 

 

 

6 Responses to Serial Portraits au Festival de l’arpenteur / Dessin 80

  1. Deborah Coggins says:

    Quiet Transcendence. She leaves her body to rise above our universe, this material existence.

  2. najar says:

    Il s’agirait d’un plan, d’un parcours obligé dans une ville inconnue aux ivresses juxtaposées. Il s’agirait d’aller et venir entre deux rives aux limites mouvantes, dans des rues indécises, et des venelles frémissantes. Il faudrait, pour y accéder, un code, et, pour en sortir, l’incantation psalmodiée d’une moniale amnésique. La clé de la ville serait perdue dans la chevelure d’un fleuve. Aux tréfonds d’un chapeau.

  3. Martine MARSAT says:

    Portait décalé
    Aux visages superposés
    Portrait chapeauté
    Aux formes dentelées
    Portrait indéterminé
    Etrangeté… Ambiguïté… Perplexité…

  4. Narbah says:

    Comment taire ? Comment faire ?
    Plus porté sur la trace que sur l’impression, ce dessin est à double sens : l’un proche de la mousse accroché au tuffeau d’une berge, l’autre un légume endormi dont le visage regarde, les yeux fermés, vers le bas, un paysage vallonné de dentelles. Le chapeau fixe droit l’objectif, cou dressé comme une pintade pusillanime, bajoues sous les yeux absents.
    A l’envers, on saisi qu’il s’agit d’une flaque d’essence enflammée.
    C’est une psyché délétère sur une pochette originale de Jimi Hendrix.
    L’odeur est humecté et la brisure impossible tellement l’humidité à transpiré la matière. On ne sait plus à quel bain se souiller. Étreindre une telle femme revient à tordre une éponge. Peut-être même perçois-je un soupçon d’odeur de vinaigre…
    Peut-être il manque une croix quelque part.

  5. camille says:

    un visage caché sur l’arrière d’un autre visage et les 2 forment un personnage triste
    déchiré dont la parole n’est pas ou mal entendue
    alors qu’il en émerge une superbe
    richesse

  6. G. says:

    étrange, visage aux formes perdues, un seul œil il vous regarde et … des formes décalées … la poitrine absente, aplatie dans un buste par ailleurs bien dessiné. Personnage erratique … on est loin de l’original mais leportrait de l’artiste n’est-il pas un auto-portrait, donc pas un portrait de Sigrid ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>