Portrait du visiteur en créateur - blogœuvre

Serial Portraits Sigrid Coggins

By

Journal d’hier n°10

D’après ce que je sais, je n’ai rencontré qu’un seul shaman dans ma vie, et c’était sur le chemin amenant au lac Baïkal, où nous allions passer quelques jours sur l’ile d’Olkhon. C’était dans le cadre d’une merveilleuse résidence d’artistes en 2009, qui a abouti à une exposition collective à Irkoutsk, dans le lieu d’exposition nommée « maison Rogal » et converti pour l’occasion en espace dédié à l’art contemporain. Une première parait-il dans cette grande ville de Sibérie.
Il y a beaucoup à dire sur cette expérience mais celle que m’évoque ce dessin multi-facettes (j’y vois 6 personnages) aux allures de derviche tourneur calme et concentré, concerne cet étrange moment de rencontre avec le shaman… Cette rencontre faisait partie du programme de la journée qui nous amenait à notre destination et sur le chemin duquel nous eûmes droit à plusieurs haltes dont la première, marquante – voire enivrante – fut le salut aux esprits bouriates qui nous attendaient (de pied ferme ?) à la frontière : alors que nous roulions depuis deux heures dans un paysage qui se transformait rapidement du fait d’une neige abondante – et inédite en cette période – notre chauffeur s’arrêta au milieu de ce qui nous semblait être nulle part. Des bouleaux et de la neige tout autour de nous, rien d’autre. Ha, si ! Un cabanon style comptoir de bar se dessine dans le paysage au fur et à mesure que le chauffeur le remplit des éléments nécessaire au rituel : des fruits, de l’omoul (le poisson omniprésent dans les restaurants environnants et devenu à la fois sujet de blagues récurrentes et d’heureux souvenirs dans notre groupe). Et de la vodka.
Il était 10 heures du matin, mais la frontière, invisible pour nous autres ignares, nécessitait pour une bonne continuation du voyage que notre chauffeur boive ses 3 verres de vodka. Et nous aussi. Tout le monde doit saluer les esprits au passage.
Euphorique – habituellement j’en suis encore au thé à cette heure-là – j’envoyais un sms à ma fille pour lui transmettre en style twitter l’info quant à notre salut aux esprits bouriates. Réponse immédiate de sa part : « c’est un coup à les voir pour de bon, ces esprits ! » … sms transmis au groupe et à 6000 kilomètres de distance nous rions de concert avec elle.
Le shaman, ce fut l’étape suivante ; étrange situation : en ville, à côté d’un musée : il enfila sa tenue de shaman en quittant celle adaptée à la ville. A son invitation nous fîmes de même – et une fois habillés de vêtements et de chapeaux adaptés… en route pour des rondes autour d’un feu, pour des danses, et des célébrations, des chants pour les grands-parents repérés du groupe. On a appris des tas de choses que depuis j’ai malheureusement oublié (la faute aux esprits), on a pris des photos, acheté des bijoux et puis soudain, alors qu’il posait avec moi pour une photo (à admirer sur FB ;-) la main posée sur mon ventre, il m’annonce derechef : encore 6 enfants ! Alors là, non ! Euphorie ou pas, je m’insurge intérieurement et sais que sa prédiction ne se réalisera pas. Mais … je l’entends soudain à ma façon et lui confirme : oui, encore 6 enfants, si l’on entend par « enfants » les créations artistiques. Alors là, d’accord, au moins 6, ça je l’espère ardemment.

Magie ou vodka
les esprits de la frontière
en nous s’euphorisent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Cocher cette case pour indiquer votre dernier article