Portrait du visiteur en créateur - blogœuvre

Serial Portraits Sigrid Coggins

Serial Portraits avec Soon Paradis

Serial Portraits avec Soon Paradis réalisé à l’arteppes à Annecy en 2003

Cliquez sur les images puis sur la mise à l’échelle 1:1 pour lire les textes

 

 

10 Responses to Serial Portraits avec Soon Paradis

  1. Debbie Coggins says:

    ~ Many Faces ~

  2. Sigrid Coggins says:

    Le journal inexistant.

    Chacun des dessins que je regarde fait émerger un souvenir ou me rappelle un événement en rapport avec mon parcours d’artiste

    D’après ce que je sais, je n’ai rencontré qu’un seul shaman dans ma vie, et c’était sur le chemin amenant au lac Baïkal, où nous allions passer quelques jours sur l’ile d’Olkhon. C’était dans le cadre d’une merveilleuse résidence d’artistes en 2009, qui a abouti à une exposition collective à Irkoutsk, dans le lieu d’exposition nommée « maison Rogal » et converti pour l’occasion en espace dédié à l’art contemporain. Une première parait-il dans cette grande ville de Sibérie.
    Il y a beaucoup à dire sur cette expérience mais celle que m’évoque ce dessin multi-facettes (j’y vois 6 personnages) aux allures de derviche tourneur calme et concentré, concerne cet étrange moment de rencontre avec le shaman… Cette rencontre faisait partie du programme de la journée qui nous amenait à notre destination et sur le chemin duquel nous eûmes droit à plusieurs haltes dont la première, marquante – voire enivrante – fut le salut aux esprits bouriates qui nous attendaient (de pied ferme ?) à la frontière : alors que nous roulions depuis deux heures dans un paysage qui se transformait rapidement du fait d’une neige abondante – et inédite en cette période – notre chauffeur s’arrêta au milieu de ce qui nous semblait être nulle part. Des bouleaux et de la neige tout autour de nous, rien d’autre. Ha, si ! Un cabanon style comptoir de bar se dessine dans le paysage au fur et à mesure que le chauffeur le remplit des éléments nécessaire au rituel : des fruits, de l’omoul (le poisson omniprésent dans les restaurants environnants et devenu à la fois sujet de blagues récurrentes et d’heureux souvenirs dans notre groupe). Et de la vodka.
    Il était 10 heures du matin, mais la frontière, invisible pour nous autres ignares, nécessitait pour une bonne continuation du voyage que notre chauffeur boive ses 3 verres de vodka. Et nous aussi. Tout le monde doit saluer les esprits au passage.
    Euphorique – habituellement j’en suis encore au thé à cette heure-là – j’envoyais un sms à ma fille pour lui transmettre en style twitter l’info quant à notre salut aux esprits bouriates. Réponse immédiate de sa part : « c’est un coup à les voir pour de bon, ces esprits ! » … sms transmis au groupe et à 6000 kilomètres de distance nous rions de concert avec elle.
    Le shaman, ce fut l’étape suivante ; étrange situation : en ville, à côté d’un musée : il enfila sa tenue de shaman en quittant celle adaptée à la ville. A son invitation nous fîmes de même – et une fois habillés de vêtements et de chapeaux adaptés… en route pour des rondes autour d’un feu, pour des danses, et des célébrations, des chants pour les grands-parents repérés du groupe. On a appris des tas de choses que depuis j’ai malheureusement oublié (la faute aux esprits), on a pris des photos, acheté des bijoux et puis soudain, alors qu’il posait avec moi pour une photo (à admirer sur FB ;-) la main posée sur mon ventre, il m’annonce derechef : encore 6 enfants ! Alors là, non ! Euphorie ou pas, je m’insurge intérieurement et sais que sa prédiction ne se réalisera pas. Mais … je l’entends soudain à ma façon et lui confirme : oui, encore 6 enfants, si l’on entend par « enfants » les créations artistiques. Alors là, d’accord, au moins 6, ça je l’espère ardemment.

    Magie ou vodka
    les esprits de la frontière
    en nous s’euphorisent

  3. Buffet Fr. says:

    Portrait 10 –
    Une main qui tient l’autre…
    parlera – parlera-pas ?
    et sur le cœur cet enfant
    tout est interieur

  4. Portrait 10 – Tête tournante! flashée à multiples reprises sous différents aspects, mais au centre un espèce de médecin en méditation, stéthoscope dans les oreilles semble dubitatif.

  5. camille says:

    et le 6eme c’est pour bientot?

  6. Camille says:

    Portrait 10 - tourné vers le futur la tête d’un homme vu de profil, la bouche bien ouverte, communique, avec ?
    ou appelle ? … et en s’éloignant un peu, en prenant du recul je vois une belle présence féminine bien posée, installée qui se présente à nous : voilà c’est moi.

  7. Escale Michel says:

    Portrait 10 – Dessin végétarien sans saveur, entre la blette bouillie et la purée de patates douces.
    Pourtant un oignon suffirait à nous faire pleurer.
    Ici notre malheureux/euse artiste en herbe nous invente un pessimiste « portrait potage » aux vieux traits de « navets » cherchant volontairement à nous entrainer dans son monde de larmes tièdes sans sel, avec son bouillon de « gribouillages tristes, un mélange au gout de légumes anciens, nous entrainant vers sa petite symphonie trop cuite de « collier de nouilles molles » l’artiste cherche-t-il/elle ici à nous faire découvrir au plus profond de nous-mêmes l’extase de notre bulbe empâté ?
    Cherche-t-il/elle a touché la partie « pois chiche » de notre ancien cerveau végétal ?
    En ce sens c’est une réussite totale, encore bravo.
    Pour intellectualiser un peu plus votre oeuvre je vous propose le titre suivant :
    « ceci n’est pas un poireau »

  8. Gaelyc says:

    Portrait 10 – Un chaman aux mille visages sans cesse recomposés ; on distingue les cercles concentriques de son identité. L’eau de ses traits est cabbalistiquement croisée d’un signe énigmatique, mi chair-mi-cheveux : le signe du chaman Serial-Portraits. Il me regarde, assis, les bras croisés ; il a l’air sûr que quelque chose doit se dire, et moi, je ne suis sûr de rien. Pourtant, ce collier de cercles danse sous son visage et j’espère qu’il ne m’hypnotise pas.

  9. Philip Craven says:

    Portrait 10 – Mother with child ! The many sides of Sigrid Coggins are somehow brought out by accident or design (sic). I like the idea of an Accidental Artist, even if it wasn’t the intention.

  10. Isabelle Dumoulin says:

    Portrait 10 - Quelle belle Maternité !!!!
    toute de tendresse, douceur, bienveillance, aux multiples visages superposés comme autant de centres d’intérêt mais dont la ligne force et pure est cet enfant qui vit dans une embrasse ni relachée ni étouffante…
    Magique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>