Portrait du visiteur en créateur - blogœuvre

Serial Portraits Sigrid Coggins

Portrait à dévoiler n°21

Serial Portraits avec Alex Gerlier, aménageur d’espaces publics

Pour lire, cliquez sur les pages puis sur la mise à l’échelle 1:1

8 Responses to Portrait à dévoiler n°21

  1. damei says:

    Portrait 21 – Sigrid belle et bonne comme un sorbet de notes et fruits confits. Une guirlande de griottes et de notes rebelles. Voilà ma contribution augustienne!

  2. vidalie says:

    Portrait 21
    Allons y, bille en tête

    une vibration placée tout en haut
    hors de portée
    des blanches
    aucune noire
    ne nuit
    des croches,
    des accroches,
    ou des cerises
    une référence à Arcimboldo

    ou la légèreté de l’être a t’elle
    nécessité d’être
    retenue
    libérée
    des fruits de la terre

    Ce visage est il le fruit
    du jardin de l’Eden
    et d’une mélodie terrestre?

  3. Michel says:

    Portrait 21 – C’est la guerre. Le visage et les cheveux défaits au terme d’une bataille dont la mère était la fête et le père de tous les bad guys. Ni faits ni à faire, le temps n’y peut rien sauf à éclater de rire ou en sanglots, les visages refaits connaissent la distance de la coupe aux lèvres. L’œil, ouvert comme un livre, défait le lit où les paupières tombent. Sommeil des chiens de guerre, victoire du regard.

  4. Narbah says:

    Portrait 21 – Le dessin est fideferisé et se présente comme un objet de vide grenier dont le sens véritable ne sera révélé qu’une fois que l’acheteur sera parvenu à en faire quelque chose.
    On ne se souvient plus s’il s’agissait au départ d’un masque africain vendu sur les marchés, d’une applique murale luminaire de style René Coty, d’un fond d’assiette de Vallauris (Anasse ?), ou tout simplement d’un dessin au dessein obscur.
    Le vendeur n’a aucune idée sur la question.
    Je vous conseille de le regarder en le tournant en tous sens.
    A l’endroit, c’est une passable évocation de Madame Coggins, mais il reste un peu de travail pour la rendre ressemblante. C’est toutefois une base respectable.
    A l’envers, il prend des allures de peinture vietnamienne (évocation de la baie d’Halong). Couché sur le flanc, il ressemble à l’ébauche d’une bataille de mille cavaliers par Delacroix (trois premières secondes de dessin).
    C’est donc un objet complexe.
    Reste à en fixer le prix :
    - Vous en voulez combien du dessin là à côté de casserole de cuivre ?
    - quinze euros, il est signé.
    - Vous avez le cadre en porcelaine qui va avec ?
    - Ah non ! Je l’ai trouvé comme ça. Mais je vous le fait à dix si vous voulez.
    - Je vais réfléchir. Je fais un tour et je repasse tout à l’heure.

    Peut-être pourrais-je le prendre s’il me le laisse à cinq. J’en ferais cadeau à Sigrid en lui disant : “Tu sais que tu ressembles à la baie d’Halong par Delacroix toi ?“
    Elle va faire son air étonné. Ça vaut bien cinq euros ça ? J’ai toujours des problèmes pour fixer les cotes des œuvres. SP/PDVC/dess N°21.

    • Sigrid Coggins says:

      Cher Narbah, que signifie le C de la cote ?

  5. Portrait 21 – L’heure est à la fête, au fond du parc la musique l’appelle, vive et entraînante, peut-être pourra t’elle même danser, s’il le lui permet, bien sûr… elle sourit à son image dans le miroir tandis que sa main experte dessine en rouge carmin le plein de ses lèvres qu’il a trop mangées tout à l’heure.

    Derrière la porte des Toilettes pour Dames déjà il la hèle, impatient de l’emmener là où lui seul sait l’emmener. Son regard se vrille au fond de l’abîme de ses yeux, le temps s’arrête, et elle se perd dans le désir qu’elle a de lui plaire, encore. Sa bouche s’ouvre et s’étire, ses yeux s’arrondissent, déjà en rêve il la remplit et elle en vibre d’avance.

    « Tu es là ? Dépêche toi.». Il a passé la tête par la porte, bravant l‘interdit, et vient de la rappeler à l’ordre, tendre mais ferme. Elle sursaute, tourne la tête, acquiesce, un dernier regard sur elle, un geste pour se recoiffer, elle est de nouveau prête à le suivre.

    L’heure est à la fête, au fond du parc la musique les appelle. Il la prendra dans ses bras et la rendra belle, encore plus belle que l’image qu’elle a vue d’elle, dans le miroir. Elle sort et le rejoint, éclatante de joie d’être, lumineuse, superbe.

  6. camille says:

    Portrait 21
    un accroche oeil pour mieux voir
    un accroche oreille pour mieux entendre
    un nez fin pour mieux sentir
    une belle bouche pour communiquer
    une pensée qui émerge et
    le tout en musiques avec ces croches ondulées

  7. Nicolas says:

    Portrait 21 - un visage tout en lettres et en notes de musique…c’est la joie de vivre avec tout de même quelques inquiétudes, avec deux billes rondes qui regardent de côté et décalent l’ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>