Portrait du visiteur en créateur - blogœuvre

Serial Portraits Sigrid Coggins

Serial Portraits au Festival de l’arpenteur / Dessin 23

La rencontre des mots et des traits

DéVOILé !

Ce dessin réalisé à l’aveugle et représentant l’artiste auto-mise dans le rôle du modèle de son visiteur a été dévoilé : 6 commentaires ont été écrits sur ce dessin, le dessinateur est révélé par l’affichage du Serial Portrait complet. Voir les Serial Portraits déjà dévoilés dans le menu « dévoilés par vous » Vous êtes le critique d’art, à votre clavier ! Il reste des dessinateurs à révéler, autant de « portraits du visiteur en créateur ». Cliquez ici.

Dessins N°23 de la séance du 8 juillet au Festival de l’Arpenteur 

Serial Portraits au Festival de l’arpenteur / Dessin 23

11 Responses to Serial Portraits au Festival de l’arpenteur / Dessin 23

  1. Pingback: T. Cugnod, photographe animalier, dessinateur à l'aveugle

  2. jean says:

    Personnage de Corto Maltese au bout du rouleau! Bien vu.
    Rapport intérieur-extérieur. Regard-concentration.
    Le dessinateur pourrait être un personnage de Corto Maltese. De la gueule!

  3. Martine Marsat says:

    Bien vu pour les commentaires, mais ceux-ci rassurent-ils l’auteur-dessinateur sur son « image »????

    • J’y vois un oeil-objectif quoique par nature subjectif, j’y vois un photographe animalier camouflé dans les broussailles, j’y vois un autoportrait du photographe animalier.

  4. alain says:

    J’y vois plutôt un personnage de Corto Maltese au bout du rouleau.

  5. la Hulotte says:

    Maléfice, oh sorcière bien-aimée,quel mal tu fis.

  6. lili et yanou, 5 ans says:

    - Si tu regardes au milieu, on dirait l’aile d’un ange ou bien celle d’une chauve souris.
    - Ben non, il a du poil au menton, un oeil perdu dans une bagarre, c’est Louis XIV!

  7. Charles Bow de l'R says:

    - Mais non! ce n’est qu’un masque, un décor suborneur,
    Ce visage éclairé d’une exquise grimace,
    Et, regarde,voici, crispée atrocement,
    La véritable tête, et la sincère face
    Renversée à l’abri de la face qui ment.
    Pauvre grande beauté! le magnifique fleuve
    De tes pleurs aboutit dans mon coeur soucieux;
    Ton mensonge m’enivre, et mon âme s’abreuve
    Aux flots que la Douleur fait jaillir de tes yeux!
    - Mais pourquoi pleure-t-elle?…
    - Elle pleure, insensé, parce qu’elle a vécu!
    Et parce qu’elle vit! Mais ce qu’elle déplore
    Surtout, ce qui la fait frémir jusqu’aux genoux,
    C’est que demain, hélas! il faudra vivre encore!
    Demain, après-demain et toujours!- comme nous!

  8. catherine affre says:

    Ah, diablesse! qu’as-tu fait de ta beauté?
    Ta prunelle, si vaste, se fige sur le rivage
    D’une vie, oubliée, d’amour et volupté.
    Elle est un trou dans ton visage!
    Bouche sangsue, convoitise,
    Gueule cassée
    Autour de toi, tout se brise
    Comme la promesse d’une jeunesse passée.

  9. muriel says:

    Je suis à l’intérieur, ne me dérangez pas, je me concentre : création.

  10. camille says:

    attention attention! ne m’approchez pas!
    prenez du recul pour mieux cerner mon caractère de prime abord…
    pas très rassurant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>